Jean Mereu

Trompette

Jean Mereu 017

Jean Mereu débute dans l’harmonie locale de son lieu de naissance (St-Vallier, Saône-et-Loire, 1944), il suit ensuite des études de trompette auprès de Maurice Benterfa au Conservatoire de Lyon et quelques années plus tard auprès de Pierre Dutot. Mais c’est sur le tas qu’il acquiert ses expériences d’orchestre, de composition, de pédagogie et d’initiateur de projets.

Membre très actif du Hot-Club de Lyon, Jean Mereu crée dès 1965 le premier groupe lyonnais de free-jazz tout en jouant dans la grande formation du Hot-Club et en orchestre de danse. En 1968, avec Jean Bolcato, Pierre Guyon et Maurice Merle, il fonde le Free Jazz Workshop. En 1971, il initie l’ANM (Association pour la Nouvelle Musique) pour organiser des concerts et des actions de sensibilisation dans toute la région lyonnaise.
Il travaille aussi pour :
– le théâtre auprès Jean-Louis Martin-Barbaz (La tête rétrécie de Pancho Villa), de Patrice Chéreau (Massacre à Paris, musique de Fiorenzo Carpi), François Bourgeat (Monorail, Transit), Marcel Maréchal (Les Grandes Journées du Père Duchesne, le Roi Lear), Roger Planchon (Périclès), Jean-Yves Picq (Falaises), Jean-Paul Delore (Les Hommes)…
– la danse avec le Théâtre du Mouvement, la Cie Maguy Marin, le Festival Danses au cœur de Chartres…
– la chanson avec Colette Magny, Benoît Vauzel, Michèle Bernard, Michel Arbatz et Jean-Luc Michel, Lucilla Galeazzi, Steve Waring, Alain Gibert …
– le cinéma : Franck Na et Michel Van Zeel
– les arts plastiques : Jo Ciesla, Roland Roure, Bernard Jund, Christine Buri-Herrscher, Jean-Louis Raynard, Ben et le groupe Fluxus
– la littérature : Jean-Yves Loude, Christian Tarting,…
– la gastronomie : Philippe Chavent, Daniel Ancel

Du côté de l’ARFI…
Avec l’Arfi qui constitue depuis toujours la marque prédominante de son activité, Jean Mereu fait parti de La Marmite infernale, « le Cuirassé Potemkine » (conçu avec Alain Gibert), E’Guijecri, Palace d’ARFI (fusions gastronomiques et musicales, « Festin d’Oreille »), Les Emboutisseurs, Dîtes 33, La Grande Illusion (avec le magicien Abdoul AlaFrez), Que sont devenus les colons de Guanabara (à l’occasion de l’année du Brésil en France)… Au printemps 2010, il créé, avec d’autres artistes, le spectacle « A la vie, la mort » sur le tableau de Bruegel, Le triomphe de la mort. En 2012, il enregistre avec La Marmite Infernale « Le cauchemar d’Hector ».

Ses principales références sur le label Arfi : « A la Vie La Mort », tableau-concert d’après Le Triomphe de La Mort de Pieter Brugel (DVD) // La Marmite Infernale « Le cauchemar d’Hector » (2012), « Envoyez la suite » (2007), « Sing For Freedom » (2004), « Au charbon » (2001) // Dîtes 33 « Sonographies » (2004), « Entomolo Vox » (2011) // « Arfi Maison fondée en 1977 » compilation Arfi (2007)