Jean Aussanaire…

Suite à un cancer fulgurant, Jean est malheureusement décédé le jeudi 14 septembre 2017, chez lui, entouré de sa famille.
Jean avait rejoint l’Arfi en 2006 dans de nombreux projets où il faisait souffler son esprit curieux, joueur, engagé et collectif au service d’un Folklore Imaginaire voyageur et généreux. (>> son parcours).

Merci pour vos messages et témoignages que nous transmettrons à la famille et aux proches.

« Jean Aussanaire …tel que je le connais

Jean Aussanaire de Belle Île en mer a un visage et des mains pas ordinaires. Deux forces habitent cet homme ; leur tension est palpable, inscrites dans son regard interrogateur qui prolonge son nez fort au milieu de traits vigoureusement modelés dans une bonne pâte de bellislois d’élection. Ses mains, quand elles saisissent le soprano semblent paradoxalement, en détailler la délicatesse de la forme.

Immédiatement, tout est là de lui, offert à la vue comme un don : son attitude de jeune homme qui a l’aplomb que donnent des certitudes, sûrement durement acquises, et, à la fois, la réserve de quelqu’un qui s’en voudrait de prendre la place d’un autre.

Son activisme fébrile, son idéalisme juvénile le rendent véhément, le pousse à prévoir avant tout le monde, à rendre service avant que l’intéressé ait même imaginé être dans le besoin de cette fraternité – pour découvrir très vite qu’elle lui est essentielle – Mais, ce même mouvement d’énergie militante, lui s’impose de brider, par pudeur, le sentiment d’urgence qui le taraude. Par des stratégies cousues de fil blanc, il affiche alors une retenue, qui a des airs de soumission à l’avis général, mais c’est qu’il tient en quelque sorte, son utopie sous le vent, au plus près serré… Il se ronge parfois les sangs et les ongles, persuadé qu’il est, que des décisions prises collectivement ne sont peut-être pas les bonnes …

«J’dis ça, J’dis rien !»

Peu à peu le « souci » le laisse tranquille . Au final, aucune acrimonie durable mais une empathie palpable, de la bienveillance en barre et un rire… un rire superbe qui mobilise tous ses traits, en guise de conclusion invariable et libératoire. Puis succèdent de précieux moments, partagés -sans doute plus intimement- en une convivialité arrosée, désarmante de gentillesse et de vannes désopilantes :

… II se détend…

Parrainé par Jean Luc, il rejoint le WdL il y a 13 ans, faisant de lui le plus jeune en ancienneté dans le quartet. (Suivant les règles implacables imposées par les anciens, il vient à peine de finir son stage…avec succès !) C’est grâce à son talent et à sa capacité à reconstruire un son de groupe, qu’il a fait mentir les voix qui prédisaient l’extinction du Workshop ; et il y a suscité encore de belles nouveautés, de belles aventures, de beaux accords…

Maurice aurait approuvé, nous le savons… Le public l’a fait. Je m’aperçois que je viens pour la première fois de parler de lui au passé… Je m’en excuse… C’est une erreur. Désormais, une photo, l’écoute d’un solo dans « Slogan» ou « Lettres à des amis lointains» -entre autres albums- me le remettront à sa place et l’associeront encore et encore à notre futur présent… définitivement !

« T’inquiètes pas, on maintient le cap !… Kenavo, Jean ! » »

Christian Rollet – Texte lu aux funérailles de Jean Aussanaire le 18/09/17

LES ÎLES ET PRESQU’ÎLES DE JEAN AUSSANAIRE

Retrouvez Jean dans quelques-uns des nombreux projets Arfi auxquels il a participé :