Collectif Arfi - koko le clown

parcours

PARCOURS :1971
Le Free Jazz Workshop nouvellement créé en 1968 (à l’initiative de Jean Mereu, Maurice Merle et Jean Bolcato) rencontre François Tusques. Eté musical intense dans les locaux du “Chêne Noir” à Avignon. Franck Wright, Bobby Few, Muhamad Ali, Steve Lacy, Beb Guérin, Steve Potts seront entre autres de l’aventure.Création de l’ANM (Association pour les Nouvelles Musiques), ancêtre de l’Arfi. Ce groupe organise des concerts sur le campus universitaire de Lyon. Steve Lacy, Anthony Braxton et Sunny Murray participent à la programmation.

1972
Les musiciens du Free Jazz Workshop interprétent au T.N.P. de Villeurbanne la musique de Fiorenzo Carpi, écrite pour le “Massacre à Paris” de Marlowe, mis en scène par Patrice Chéreau.

1973
Enregistrement du premier disque du Free Jazz Workshop “Interféquences” puis, en 74, rencontre avec Colette Magny qui donne lieu au disque “Transit”.

1975 Le Marvelous Band sort son premier album : “Chant libre”.

1977
Création officielle de l’Arfi. Louis Sclavis, Yves Robert, François Raulin, Bruno Chevillon, Jean-François Canape, Jef Sicard en font parti à diverses époques.

1978 – Le 13 janvier, à l’occasion du concert donné à l’Auditorium de Lyon en hommage à Henri Gautier, poète et critique de jazz, par les groupes du Hot Club de Lyon, les musiciens “free” se constituent en grand orchestre, la Marmite Infernale est née.
L’Arfi prend en charge la programmation musicale des ” Clochards Célestes “, lieu alternatif des pentes de la Croix-Rousse à Lyon.

1979 Premier enregistrement de la Marmite Infernale.
La critique parisienne redécouvre l’existence d’un jazz vigoureux fait en province, en l’occurrence à Lyon.
Rencontre d’estime avec les musiciens français “reconnus” et certains jazzmen américains : Portal, Texier, Humair, G. Lewis, Art Ensemble of Chicago.

1982
Tournée E’Guijecri en Grèce.

1984
Tournées à l’étranger dans les grands festivals européens qui préfigurent celles des années à venir. La Marmite Infernale à Moers en Allemagne, puis en Espagne, Portugal, Hollande, Slovénie, Grèce, Algérie, Maroc … Le Workshop de Lyon au Canada, USA, en Amérique du Sud et en Afrique de l’Est.

1985 Une expérience en liaison avec des plasticiens lyonnais, des cuisiniers, performers, une danseuse, aboutit à un spectacle intitulé “Les cinq sens du terme”, organisation des premières “Nuits Arfi”, beaucoup imitées, jamais égalées.
Bientôt, ces Nuits Arfi présentées à Vienne, Bobigny, etc… s’exportent à Bath, Edimburg Kiev…. En janvier 1995 l’Arfi se voit confier la direction artistique de la soirée jazz et musiques du monde pour l’inauguration de la Cité de la Musique à La Villette (Paris).

1986
Inauguration du “Via Colomès”, club reposant exclusivement sur les forces vives de l’Arfi. Trois années d’expériences, de créations, de rencontres extraordinaires, une centaine de concerts avec tout le jazz français. Des invités comme Joe Lovano, Henri Texier, Steve Swallow, Aldo Romano, Marc Ducret, Claude Barthélémy, Michel Portal Bernard Lubat…

1987 Mise sur pied du premier ciné-concert Arfi : Potemkine. Plus de cent représentations à ce jour. Ces Messieurs au festival de Moers.

1990 Edition de la première Gazette Arfi, parution irrégulière mais néanmoins indispensable.

1991 Tournée en Ukraine de Kiev à Odessa, où la carrière de Potemkine trouve son apogée devant 5000 personnes assises sur les marches du fameux escalier. Un voyage en bateau avec escales musicales à Zaporoge et Dniepropetrovsk amène les musiciens de l’Arfi et les musiciens ukrainiens et khazaks de Kiev à Odessa. Des vidéastes, cuisiniers, journalistes, organisateurs français sont du voyage !
Après quelques concerts en trio, Baron Samedi donne son premier concert en quartet à Lyon.

1992 Premiers concerts du trio Apollo à Bobigny dans le cadre de la résidence Arfi au festival Banlieues Bleues.
A partir de cette période, les rencontres avec d’autres musiciens invités et d’autres styles de musiques se multiplient : Baron Samedi avec le Trio Aquino de Saint-Domingue, ( Sabado Domingo ), avec les chanteuses ukrainiennes ( Diakouyou ), Apollo (CD l’Age du cuivre avec André Ricros, Michel Godard, Patrick Bouffard), La Marmite Infernale avec Norbert Stein Pata Musik , Kilt couture (Le Grand Barouf), puis avec le Bagad de Ronsed Mor.

1992 Naissance à l’automne de la Bête a bon dos, orchestre de rue à l’initiative d’Alain Rellay.

1994 Création le 1er février de L’Effet Vapeur au festival Sons d’Hiver.
Bomonstre donne son premier concert à la médiathèque d’Arles le 28 mai.

1995 Torero Loco avec Lucia Recio donne ses premiers concerts en mars à Lyon à la Boulangerie.

20 ans de l’Arfi !
1997

Installation de l’Arfi en résidence sur l’Agglomération Nouvelle de l’Isle d’Abeau pour trois ans. Création de Noces de Cuivres et des Emboutisseurs.

1995 L’Arfi dans le bocage : résidence (auprès des Batteries Fanfares de l’Ouest de la France) dans le cadre de l’Europa Jazz Festival du Mans
Création de Festin d’Oreille (E’Guijecri avec Philippe Chavent et Daniel Ancel, cuisiniers). Tournée en France, Finlande, Espagne et Portugal.

1998 Naissance du groupe 32 janvier au festival Tramway à Rouen.

1999 L’Arfi joue pendant un mois au Théâtre de Nanterre en coproduction avec le festival Banlieues bleues ” Les Hommes ” : rencontre entre Jean Paul Delore, metteur en scène du Lézard Dramatique, et La Marmite Infernale. Spectacle précédemment créé au centre culturel Charlie Chaplin de Vaulx en Velin.
Tournée Baron Samedi au Brésil.

2000 En janvier, La Grande Illusion, (musique / magie) voit le jour à l’Isle d’Abeau. Création des ” Chants d’Edith ” et du ” Guy Villerd / Ayler Quartet ” à l’Europa jazz du Mans.

2001 Pour la sortie de son nouvel opus ” Au charbon ! “, La Marmite Infernale part en tournée dans une vingtaine de clubs en France. 32 janvier, Baron Samedi, Les Emboutisseurs, Apollo, La Marmite Infernale partent en tournée dans le Nord de l’Europe (Pays Baltes, Finlande).
Organisation de ” Chariv’Arfi “, chantier musical autour de l’improvisation, avec Phil Minton, Fred Van Hove, Gianni Gebbia et plus de 30 musiciens improvisateurs.

2002 Création Lyon / Tokyo avec ” Near and Distant meeting “, performance musique et danse avec la compagnie Tomoe Shizune et Hakuboto, dans le cadre de Musique en Scènes.
Pas moins de deux créations pour Baron Samedi : ” Chang “, premier ciné-concert jeune public Arfi et ” Bérimbaron ” avec Maria-Teresa Madeira et Radegundis Feitosa (Festival de Curitiba – Brésil).
Création à l’Opéra National de Lyon de ” Qui l’eut cuit ” avec le Palace d’Arfi, Claude Gudin et Philippe Chavent, détonnant mélange de musique, botanique, cuisine, et vidéo.
Et de deux ” Chariv’Arfi “, avec cette fois Keith Tippett, Paul Rogers et François Rossé en invités et toujours autant de musiciens improvisateurs associés. Organisation de ” Arfi Eté Université ” dans le Parc naturel régional du Pilat, rendez-vous hors norme axé sur la formation, la réflexion et la confrontation interdisciplinaire.
Sorties des Cd ” Je pense que ” (l’Effet Vapeur), ” Les Chants d’Edith ” (Workshop de Lyon) et ” One Day ” (Guy Villerd / Ayler Quartet).

2003
A South Arfican Odyssey : Tournée marathon du collectif en Afrique du Sud (28 concerts en 3 semaines), à l’occasion de la célébration des 10 ans de démocratie du pays. Création à Port Elizabeth et Cape Town de ” Sing for Freedom “, avec le Nelson Mandela Metropolitan Choir et la Marmite Infernale. Création de ” Lighting up ! ” à Soweto, avec Heavy Spirits, le Workshop de Lyon et le photographe Jurgen Schadeberg.
L’Arfi s’exporte aussi sur les scènes des grands festivals de Jazz européens : festivals de Berlin (La Grande Illusion), Bath (Workshop de Lyon), San Sebastian (Caligari) ou Porii en Finlande (32 Janvier).
Forte présence également en Rhône-Alpes, avec le premier cycle des concerts chez l’habitant en milieu rural et une tournée spéciale Arfi dans plusieurs villes, notamment St-Etienne pour la création à l’Usine / La Fabrique de ” Lighthouse ” avec l’Effet Vapeur et le danseur Julyen Hamilton.
Création des groupes Dites 33 et Kif-Kif et sorties des Cd ” Tango Félin ” de La Bète à bon dos et ” Les deux moitiés de la pomme “de Kif-Kif.
…et un Django d’Or (Trophées internationaux du jazz) pour l’ensemble du collectif, dans la catégorie jazz et spectacle vivant !
Disparition de Maurice Merle.

2004
Joli succès de la première tournée en France de ” Sing for freedom ” : 22 concerts, 35 musiciens sur la route (7000 km parcourus !), 16 000 spectateurs mobilisées, rencontres avec de nombreux ensembles amateurs, collaborations avec plusieurs réseaux professionnels, captation France 3… Première tournée en France de ” Lighting up ! ” à Banlieues Bleues, au Grenoble Jazz Festival et au festival de Vaulx en Velin.
Création à l’Opéra national de Lyon de ” Et Merde ! “, ou de l’usage gouleyant de l’insulte et du gros mot, avec le Palace d’Arfi, Elizabeth Macocco, Eric Brochard, le trio de cor de l’Opéra de Lyon et Dominique Lardenois. Reprise remarquée au Festival Off d’Avignon.
Nuit Maurice Merle au Théâtre des Jeunes Années, plus de 100 artistes présents.
” Reflective Sounds of Imaginary Folklore ” avec les Emboutisseurs, Dites 33 et le collectif allemand Pata Musik (Norbert Stein), commande du festival international Muzik Triennale de Cologne.
Création du ciné-concert ” Alice, de l’autre côté du mirroir “, en collaboration avec le collectif de vidéastes anglais Yeast Production (Salle Genton – Lyon).
La Marmite Infernale et Jean-Yves Picq à la Fête de l’Humanité pour le 100ème anniversaire du journal.
Nouveau cycle des concerts chez l’habitant, dans le Trièves, en collaboration avec le festival Mens Alors. Forte activité du Label Arfi, avec pas moins de 5 sorties : ” Sonographies ” de Dites 33, Le Souffle continue, inédits de Maurice Merle, ” Lighthing Up” de Workshop de Lyon et Heavy Spirits, ” Sing for Freedom “, de la Marmite Infernale et Nelson Mandela Metropolitan Choir, et ” Township Jazz ” un film de Claude-Pierre Chanvanon, premier Dvd du Label Arfi.
Edition des livres ” Momo, histoires du Merle Blanc ” et ” Maurice Merle, le Souffle continue, 12 thèmes pour petites formations”.

2005
” Les Ames Nées Ziques “, parcours ludique et musical dans nos trous de mémoire, avec les Bomonstre, 32 Janvier et Jean-Yves Picq, création en résidence au théâtre de Vénissieux.
Disparition de Pascal Lloret
Résidence Arfi à Francheville, avec en point d’orgue la création ” Que sont devenus les colons de Guanabara “, embarquement orchestral Arfi / Bretagne / Brésil, créé dans le cadre de l’Année du Brésil en France.
Deuxième tournée e France de ” Sing for Freedom ” dans les festivals d’été. Le succès est toujours au rendez-vous.

2006
Deux nouveaux ciné-concerts tout public (dès 7 ans), « Cinesclaff’Arfi » sur les meilleurs extraits muets du burlesque Harry Langdon, et « Bobines Mélodies » par l’Effet Vapeur, sur des courts métrages des studios d’animation Folimage. « Chang » part à l’assaut des centres culturels en France, d’autres groupes de l’Arfi visitent les pays scandinaves, en Finlande, en Estonie, au Danemark, en Lituanie. Et puis la Marmite infernale relance la machine avec de nouveaux musiciens ; un répertoire « Envoyez la suite ! » qui promet un bel avenir au remuant big band !

2007
En 2007, année des 30 ans du collectif, l’Arfi a souhaité partager avec de nombreux publics la diversité de ses productions et son insatiable appétit pour l’invention musicale. Cette année anniversaire a été avant tout marquée par la création des nouveaux répertoires du trio Apollo et du Workshop de Lyon et la mise en œuvre d’un projet pluridisciplinaire, l’Enfer, fantaisies métallo-sonores et chorégraphiques. Plusieurs tournées événements ont été proposées en 2007 en Rhône-Alpes et ailleurs. La Marmite Infernale a arpenté par exemple les scènes de nombreux clubs de Jazz et de quelques grands festivals français. Le projet franco sud-africain Lighting Up est quant à lui parti en tournée européenne, invité par de prestigieuses salles de concert. Et pour terminer l’année en beauté, l’Arfi a proposé à Lyon, son port d’ancrage, l’événement Eclats d’Arfi, trois folles journées autour d’une actualité musicale toujours brûlante

2008
L’année 2008 a été très féconde en créations, avec l’avènement de quatre nouveaux répertoires et ainsi que Ciné-concerts en Vadrouille, série de six ciné-concerts avec des musiciens amateurs dans les six Parc naturels régionaux de Rhône-Alpes, sur la base de vidéos et d’images récoltées dans les parcs. Les Conspirateurs du hasard, après quelques étapes de travail en 2007, ont posé leurs valises à Ath (Belgique) pour finaliser leur travail électroacoustique sur les films d’animation du cinéaste tchèque Jan Svankmajer. Les Electro Merveilles, spectacle jeune public (chansons et vidéo) sur le thème des contes et des créatures fantastiques, a ensuite été créé à la Cité de la Musique (Paris). Xavier Garcia et Guy Villerd, avec leur duo Old Blind and Deaf sont eux allés à Saint-Claude, pour une création en résidence sur les musiques électroniques. Enfin, en novembre, Le Workshop de Lyon à mis en musique les photographies mystérieuses d’Arièle Bonzon, dans Trois Chants photographiques. 2008 a par ailleurs été marquée par plusieurs tournées régionales et nationales de quelques-uns des répertoires récents du collectif. En particulier les ciné-concerts Chang, dans le réseau des Jeunesses Musicales de France et Bobines Mélodies, dans celui du jazz en Bourgogne. Les chanteurs sud-africains du Nelson Madela Metro Choir sont revenus en été en France pour une belle tournée estivale de Sing for Freedom. A l’étranger l’Arfi a présenté un cycle de ciné-concerts dans le prestigieux Philharmonie de Essen (Allemagne).
A noter également une nouvelle édition de l’événement Eclats d’Arfi.
Le label Arfi aura produit en 2008 trois projets discographiques très différents : un disque du quartet Workshop de Lyon (Slogan), un hommage à Pascal Lloret (Le silence du piano) et le DVD Bobines mélodies, en coproduction avec le studio Folimage.

2009
Festin d’Oreille reprend de la baguette et du fouet pour de nouvelles aventures musicales et culinaires, avec « Little rôti tout ouïe » ; le trio Dîtes 33 explore l’univers des insectes (« Entomolo Vox » – la voix des insectes) ; le quartet Bomonstre invente des paysages sonores en correspondance avec des sites naturels et les saisons ; et le projet Les Musiques de Maurice (commande du festival Rhino Jazz), pour faire à nouveau vibrer, avec G. Villerd, X. Garcia et de jeunes musiciens, les plus beaux opus d’un souffleur de génie, Maurice Merle. A noter également en 2009 la sollicitation de l’institut Lumière, la mise en musique du film Nanouk L’Esquimau par le groupe Baron Samedi.
Cette année est également marquée par plusieurs tournées en France de quelques-uns des répertoires récents du collectif, notamment Bobines Mélodies à l’occasion de la Fête du Cinéma d’Animation, et la reprise de productions plus anciennes telles que « Et Merde ! » ou de l’usage gouleyant de l’insulte et du gros mot pour une série de représentations au Centre Dramatique Régional de Haute Normandie.
A l’extérieur de nos frontières, plusieurs formations Arfi ont été invitées pour des tournées ou des concerts événements, notamment Festin d’Oreille, Little rôti tout ouïe et le duo Recio-Garcia au Japon ou le trio l’Effet Vapeur en Norvège. Au chapitre des résidences, Bomonstre prend cette année de la hauteur pour plusieurs créations musicales en lien avec des sites naturels du Haut-Jura. Il inaugure ainsi le projet « Ô saisons… Ô trombones» qui se déroule sur 2009/10.
La présence de l’Arfi en Rhône-Alpes est par ailleurs marquée le troisième et ultime volet de Ciné concerts en Vadrouille avec la présentation de l’ensemble des projets associant les amateurs lors du Congrès national des Parcs naturels de France et la réalisation d’un livret / Dvd sur l’ensemble du projet.
Sans oublier une édition exceptionnelle de l’événement Eclats d’Arfi à Lyon, axée cette année sur de nombreuses rencontres avec la danse et l’image et l’ouverture d’un nouveau chantier musical : le LABO ARFI.
Enfin, 2009 est une année importante pour le Label Arfi, avec le lancement de One watt, la nouvelle collection dédiée aux musiques électroniques (sortie du Cd Old, Blind & Deaf), ainsi que la production du Cd Electro Merveilles pour le jeune public. A noter, pour finir, que le Label Arfi se met en 2009 à l’heure du numérique, avec la numérisation de l’intégralité du catalogue et la mise en route d’une distribution digitale, en collaboration avec Abeille Musique.

A suivre …..